Padova-Palazzo Bo

Ateliers

IT | FR

Deux ateliers collaboratifs sont proposés en parallèle. Ils réuniront les jeunes chercheurs et les chercheurs confirmés autour de deux thématiques spécifiques liées aux thèmes d’ensemble.
Les jeunes chercheurs choisissent leur atelier au moment du dépôt de leur demande d’inscription.

ATELIER A : Les pratiques parodiques, entre le neuf et l’ancien.
Animé par Stéphane Pouyaud et Jean-Louis Haquette, cet atelier (3 séances de 1 h 30) s’intéressera à la parodie, définie comme la reprise détournée, comique et critique d’un texte, d’un genre ou plus généralement d’une esthétique. Ces pratiques textuelles entretiennent un rapport privilégié à la thématique de l’université d’été. En effet, le plus souvent ce sont des textes canoniques dont l’autorité est ainsi mise en jeu, à tous les sens du terme. Si la parodie a une dimension ludique, elle a aussi une portée critique qui repose sur sa double dimension temporelle. Elle articule en effet passé et avenir : elle prend pour cibles des modèles reconnus mais appelle à les renouveler, en proposant en creux de nouvelles valeurs esthétiques. Travailler sur la diversité des formes de la parodie permettra ainsi d’aborder sous un angle particulier les tensions entre le neuf et l’ancien.

ATELIER B : Éternelle jeunesse des figures mythiques antiques ?
Animé par Céline Bohnert, cet atelier s’intéressera à la plasticité des figures mythiques issues du monde gréco-romain dans la création littéraire des siècles ultérieurs. Au-delà des variations des théories interprétatives des mythes, de nombreuses figures mythiques témoignent d’une « endurance » littéraire séculaire, sur laquelle on peut s’interroger : traduit-elle le poids de l’autorité du passé, participe-t-elle au contraire à la rénovation de l’écriture ? Si ces figures renvoient à un code partagé, comment peuvent-elles accueillir la nouveauté ? Comment s’articulent reprises et variations, sachant que la polysémie est une donnée centrale de la poétique des mythes. À partir d’exemples précis, apportés par les participants, l’atelier interrogera l’articulation du neuf et de l’ancien dans ce domaine particulier.

Précision importante pour les deux ateliers :
Il s’agit pour chaque participant d’apporter un extrait textuel de leur choix (1 page maximum ; plutôt dans leur domaine de spécialité scientifique) et d’en préparer une brève présentation orale (5 minutes, raisons du choix, quelques éléments de contexte biographique, thématique, littéraire ou culturel, selon le statut de l’œuvre et de l’auteur). Les matériaux ainsi réunis serviront de base aux échanges.
Une fois l’inscription acceptée, chaque participant enverra le texte retenu par courrier électronique afin de permettre l’organisation des séances.

Publicités